Les médias sociaux, une chance pour les sports sous-médiatisés

Published On 29 janvier 2011 | By Olivier | Actualité, Clubs, Evénements, Fédérations et ligues, Sponsors, Sportifs

L’équipe de France de handball va jouer, une fois de plus, la finale d’une grande compétition internationale. Une qualification qui s’est déroulée dans un quasi-anonymat, puisque seulement retransmise sur Canal+ Sport. Heureusement, France 2 sauve l’honneur et diffusera la finale, ce dimanche à 17h. Pourquoi, malgré l’attachement grandissant du public français à son équipe (les audiences des matchs de ce mondial sont deux fois plus importantes qu’en 2009, la demi-finale face à la Suède a réuni 1,8 million de téléspectateurs), le handball peine à trouver une vitrine médiatique conforme à son talent. Les médias sociaux peuvent être, pour les sports en mal de médiatisation, une solution intéressante.

L’equipe de France de handball pulvérise les audiences de la discipline sur Canal + : 1,8 million d’abonnés, 38% de pda sur les abonnés.less than a minute ago via Twitter for iPhone

Dépassons le simple cadre du handball, pour parler de tous ces sports qui sont invisibles dans les télévisions et les grands médias nationaux. Pour vivre, les clubs, les fédérations, les athlètes ont besoin de sponsors. Ces sponsors, pour accepter de parrainer un club, une fédération, un athlète ou un événement, réclament des contreparties. Ces contreparties ne sont disponibles, généralement, qu’avec la médiatisation du club, des athlètes ou de l’événement. Et, c’est là qu’intervient le problème des « petits » sports.

Comment être médiatisé quand les canaux de diffusion sont trustés par le football, le rugby, la Formule 1, le cyclisme et le patinage artistique ? Chacun essaye de trouver un solution. La plus emblématique est celle du CNOSF, qui veut créer une chaîne de télévision, où seraient diffusés les sports olympiques. Mais cette chaîne de télévision n’aurait que 24 heures d’antenne par jour, à partager entre la centaine de sports pratiqués dans l’hexagone.

Les médias sociaux peuvent être une solution pertinente pour ces « petits » sports. Le temps passé par les internautes à consulter des blogs, réseauter sur Facebook ou Twitter, regarder sur Youtube, est en constante augmentation. Ces médias offrent désormais une audience potentielle bien plus importante que Canal+, Orange Sport ou autres : Facebook comptait 15 millions d’inscrits en France en janvier 2010, Dailymotion (dont Orange a pris 49% du capital) revendique 10 millions de visiteurs unique par mois, etc. Les outils disponibles sont suffisamment riches et variés, que tout, ou presque, est possible, de la diffusion de résumés de compétitions, jusqu’à la retransmission en direct des rencontres.

Comment conquérir cette audience et comment s’en servir pour gagner de l’exposition médiatique? Il s’agit alors pour les clubs, les athlètes, les fédérations, les organisateurs d’évènements sportifs, de mettre en place un stratégie de communication et de promotion dans les médias sociaux. Celle-ci devra répondre à 3 objectifs : attirer les internautes, fidéliser les internautes et convaincre les annonceurs.

Si les grands opérateurs de ce domaine connaissent le potentiel de ces nouveaux outils, les plus petits ont également leur carte à jouer : pas sûr qu’avec une stratégie efficace, les clubs de handball n’obtiendraient pas plus d’argent en utilisant les médias sociaux que les propositions actuelles des chaînes de télévision ?

Si vous êtes dirigeant d’un club ou d’une fédération, représentant d’un athlète, organisateur d’un événement, n’hésitez pas à me contacter pour évoquer avec vous les utilisations possibles des médias sociaux pour votre organisation : olivier@socialsport.fr

Illustration : Thomas Faivre-Duboz

Like this Article? Share it!

About The Author

Olivier est le créateur de Social Sport. Il est passionné de sport et voit dans les médias sociaux une source de développement pour les organisations sportives, aussi bien les clubs, que les athlètes, les fédérations ou les sponsors.