Joey Barton

Joey Barton sur Twitter : quelles responsabilités, quelles conséquences ?

Published On 4 avril 2013 | By Olivier | Actualité, Clubs, Fédérations et ligues, Sportifs

lequipe-coverJoey Barton fait la une de l’Equipe ce matin. Ce n’est pas ses performances sur le terrain qui ont poussé la rédaction en chef du quotidien sportif à mettre à l’honneur le milieu de terrain anglais, mais ses tweets récents concernant Thiago Silva. Et notamment un tweet où le joueur de l’OM traite le Brésilien de « transsexuel ».

Ce tweet vient après de nombreux autres tweets insultants à l’égard de Pierre Menès.

Réputé pour son esprit provocateur, Joey Barton semble avoir trouvé du répondant, puisque le PSG a fait savoir, hier soir, qu’il pourrait entamer une procédure judiciaire, avec son joueur, contre l’Anglais. Ce serait une première en France !

Plus globalement, cette affaire Barton – Thiago Silva pose plusieurs questions :

  • Quelle est la responsabilité des clubs dans l’utilisation des réseaux sociaux par leurs joueurs ?
  • Quelles conséquences peut et doit avoir ce genre de tweets pour les clubs et les joueurs incriminés ?
  • Quelles réponses peuvent apporter les clubs, les ligues et les fédérations ?

Les clubs responsables

Avec plus de 2 millions de followers, Joey Barton est une voix qui porte sur Twitter : il compte plus d’abonnés que tous les clubs de Ligue 1 réunis ! Son club ne peut pas ignorer cela et doit intervenir lorsqu’un de ses joueurs salit l’image du club sur les réseaux sociaux. Les dirigeants olympiens sont d’ailleurs intervenus auprès du joueur hier matin (d’après un communiqué publié dans la soirée). Une intervention salutaire… mais tardive (le dernier tweet concernant Thiago Silva a été posté hier à 10h), puisque les premières insultes de Barton à l’encontre de Thiago Silva ont commencé dès le 2 avril en début d’après-midi.

L’OM avait pourtant laissé Joey Barton insulter Pierre Ménès pendant plusieurs jours. Le club phocéen ne peut pas se contenter de « récupérer » les fans et abonnés de ses joueurs (il a encouragé Barton à intervenir sur les réseaux sociaux, notamment en l’aidant à ouvrir sa page Facebook), il ne doit pas oublier que l’image donnée par ses joueurs sur les réseaux sociaux rejaillie sur lui.

Les clubs doivent trouver un moyen de contrôler les déclarations de leurs joueurs sur les réseaux sociaux, tout en leur laissant une liberté suffisante pour que les canaux sociaux des joueurs aient encore un intérêt à être suivis. La formation me semble être primordiale, avant de vouloir mettre en place des actions répressives.

Des tweets qui pourraient rester impunis

La violence des termes employés par Joey Barton pourrait rester impunie. La LFP aurait indiqué à l’association Paris Foot Gay que la commission d’éthique allait se pencher sur le cas Barton, alors que, dans le même temps, ce dernier aurait indiqué ne pas être compétent pour juger cette situation : « ces propos n’ont pas été tenus dans le cadre d’un match relevant de la compétence de la FFF mais de l’UEFA ».

Quelque soit la décision du comité d’éthique,  le PSG et Thiago Silva pourraient porter plainte, mais cette plainte pourrait se révéler insuffisante : « Ils pourraient l’être s’ils entrainaient des conséquences dommageables pour la vie privée, sociale ou professionnelle du joueur. Pour apprécier ces conséquences, il faut se demander si le public peut objectivement prendre en considération les propos de Barton. Il semble qu’il s’agit davantage de propos extravagants que d’une imputation ou affirmation » a indiqué un avocat au site 20 Minutes.

Les clubs, ligues et fédérations doivent s’adapter

Comme je l’ai écris plus haut, Joey Barton a plus de followers sur Twitter que l’ensemble des clubs de Ligue 1 réunis. Il est donc nécessaire que ces derniers comprennent bien l’importance que peut avoir un tweet d’un joueur bénéficiant d’une telle audience. Pour anticiper les risques de dérapage, plusieurs solutions sont envisageables : plan de formation (les joueurs doivent avoir, au sein de leur club, un référent sur les médias sociaux qui pourrait les former aux bonnes pratiques dès leur arrivée), intervention dans les centres de formation, prédispositions contractuelles, mises en place d’un échelle de sanction, etc.

De leur côté, les fédérations et les ligues ont également un rôle à jouer : disciplinaire, bien sûr, mais aussi d’encadrement. Les instances doivent accompagner les clubs qui n’ont pas toujours, en interne, les ressources nécessaires au suivi et à la formation des joueurs. Les ligues et fédérations peuvent aider à la formation des cadres dans les clubs. Ils peuvent être, comme l’est la LFP, le lien entre les réseaux sociaux et les clubs.

Les clubs, les ligues et les fédérations ne doivent pas laisser leurs joueurs « seuls » sur les réseaux sociaux. Si certains d’entre eux peuvent compter sur un agent ou une agence pour les accompagner, tous ne font pas cet effort. Dans ce cas-là, ils risquent d’être ingérables et de nuire à l’image de leur club et de leur sport.

Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que c’est d’abord aux joueurs d’être conscient qu’ils sont lus par des centaines de milliers de personnes. Et qu’il y a des limites à ne pas dépasser quand on parle à autant de monde.

Like this Article? Share it!

About The Author

Olivier est le créateur de Social Sport. Il est passionné de sport et voit dans les médias sociaux une source de développement pour les organisations sportives, aussi bien les clubs, que les athlètes, les fédérations ou les sponsors.

6 Responses to Joey Barton sur Twitter : quelles responsabilités, quelles conséquences ?

  1. Mais « transexuel » est-il une insulte ?

  2. Pingback: Barton sur Twitter : quelles responsabilités, quelles conséquences ? | Sport and Social Media | Scoop.it

  3. Pingback: Marketingdigital-football – Joey Barton organise une Twittconférence de presse

  4. Pingback: Marketingdigital-football – [E-réputation] J. Zebina : « Tous les messages diffusés, je les poste directement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *